Restroom In Peace

Le plus dur dans la vie active, ce n’est pas de te réveiller à l’heure où tu te couchais étant jeune, ni de devoir supporter le récit de vacances inintéressant et les photos de famille horribles de ta voisine d’open space. Ni même de rentrer dans une routine qui te fait prendre 8kg minimum les deux premières années, ou de payer des impôts astronomiques (quoique, ce dernier point reste quand même valable). Non, le plus dur quand tu travailles, c’est de gérer ton intestin et tes virées aux toilettes.

Les WC publics sont déjà une plaie béante dans la carapace d’homme frais que tu essaies de te construire, mais les WC du bureau sont 10 niveaux au dessus. Parce que tu peux être surpris à n’importe quel moment pendant ton méfait, et te retrouver nez à nez avec la bombe atomique de ton étage en sortant de la zone nouvellement sinistrée, tel un cambrioleur pris dans le feu des spots bleus. Et le pire, c’est lorsque tu n’es pas la cause de l’odeur nauséabonde qui enveloppe la pièce confinée, que tu n’as fait que passer après le terroriste qui a largué des bombes H enveloppées de papier Q. Ce moment horrible où tu tentes de dire une phrase anodine supposée te dédouaner et prouver ton innocence, du genre “Hum, il était vraiment bien ce petit pipi, en plus il était super court”, où finalement tu te couvres de ridicule tel Luke Skywalker avec une peau de Tauntaun.

Il y a ceux qui se vantent de leurs exploits, qui clament que l’herbe ne repoussera plus désormais et qu’il faut ajouter un nouveau rouleau de Just One, le pas léger et un sourire béat sur leur visage soulagé. Mais pour les autres, il existe de nombreuses techniques pour éviter ces désagréments: l’expédition punitive et fourbe à un autre étage que le tien, l’arrivée matinale ou le départ tardif lorsque la voie est libre, la vidange express en silence et en apnée, l’interdiction formelle de se remplir le bide le midi avec un grec (döner cousin, sauce blanche, sans oignons, 2 cannettes comme Shurik’N), ou encore la fuite furtive pendant une grosse réunion pour rejoindre la grosse commission. Personnellement je m’interdis tout dégazage sauvage en dehors des eaux territoriales qui encerclent mon appartement pour ne pas me retrouver dans une position illégale, mais la seule et unique solution infaillible, c’est d’être une jolie fille ou une princesse. Parce que c’est bien connu, les jolies filles et les princesses ne font pas caca.

This entry was posted in Ecriture and tagged , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Restroom In Peace

  1. killa cook says:

    hahahhahaa putain meilleur sujet de l’année, tout les internets confondus !
    j’me retrouve tellement, le pire reste le chiotte de camping avec ses murs en plastique de 3cm d’épaisseur non fermés par le haut et le bas !

  2. yooww says:

    J’adore, 2 mois que je suis dans mon taf, que j’y pense, que j’essaye toutes les stratégies, et t’as tout résumé dans cet article. (je suis plutôt de l’arrivée matinale, quand l’air y est encore pur).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *