L’édito de la fin de la semaine

J’écoute un morceau en boucle lorsque j’écris, sans utiliser la fonction Repeat. Je sais, c’est stupide. Je pose mes affaires toujours aux mêmes endroits, chacune à un emplacement réservé. Et quand je ne suis pas chez moi, je cherche le coin idéal, que je réutilise systématiquement ensuite. Je prépare et repasse mon linge avant de me coucher, sauf les caleçons et les chaussettes. Je visualise ce que je vais faire des heures avant de le faire. Et je ne fais les choses qu’au moment où je l’ai décidé, même les plus insignifiantes. J’emprunte tout le temps le même chemin, même s’il n’est pas le plus logique. Quand je sors du métro et que je n’ai pas la tête ailleurs, c’est à dire très souvent, je pose mes pieds uniquement sur les joints des carreaux, le milieu de la voute plantaire, sans altérer le rythme de mes pas. Je rafraichis mes boîtes mail dix fois par heure. Minimum. Je pose la télécommande de la télé sur celle de la Freebox parce qu’elle est plus étroite. Je tire la langue et je fais des grimaces aux enfants qui ont moins de 10 ans, au dessus je risque la prison sur un malentendu. J’évite de trop réfléchir lorsque je parle de moi. Je trie les poubelles en mettant les cartons et plastiques de côté même si j’ai pas vraiment de place pour le faire. Je vérifie deux fois qu’une porte est bien fermée mais j’ai une bonne excuse pour celle là: je me suis retrouvé face à des cambrioleurs en pleine nuit lorsque j’avais 5 ou 6 ans. Je scrute la météo quatre fois par jour. Puis je checke en regardant à travers la vitre. Je garde les jolies étiquettes, qui la plupart du temps sont cartonnées d’ailleurs. Si on tient compte du fait qu’avant je gardais toutes les étiquettes, même les plus moches, c’est déjà une nette amélioration. Je replie le sachet de céréales minutieusement pour éviter qu’elles ne ramollissent au fil des jours. Je crache quand je vois un chat noir (mais pas une vraie glaire hein). Je pose ma main gauche sur ma hanche quand je me brosse les dents. Je parle à des photos de gens qui m’ont vu naître et que j’ai vu mourir. Je rince la baignoire après la douche. Je m’assieds sur le même strapontin chaque matin et je reste debout s’il est pris. Je range mes chaussures dans leur boîte un jour après les avoir portées, parce que GQ a dit que c’était le temps d’aération nécessaire. Je regarde les fenêtres du bâtiment d’en face lorsque je tire les rideaux. Je fais une roulade pour rentrer sous la couette. Je règle mon réveil à l’heure exacte que j’ai déjà enregistré la veille, et le jour d’avant aussi. Et quand tu me dis que je suis exaspérant à cause de tous mes TOC ridicules, je réponds que je ne vois pas de quoi tu parles.

This entry was posted in Ecriture, L'Edito de la Fin de la Semaine and tagged , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to L’édito de la fin de la semaine

  1. T’as pleins de points communs avec Monk “Je pose ma main gauche sur ma hanche quand je me brosse les dents.” je le fais aussi et c’est devenu un reflex !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *