Midi à Paris

La peau chaude. Les yeux qui s’attardent, à l’abri derrière les verres teints. Les perles de sueur au bout du nez. Le débardeur loose. Les petits cheveux rebelles qui s’agitent à la base de la nuque. La housse de Blackberry fluo assortie au vernis à ongles. La chaîne longue, sac de frappe improvisé pour le nombril. Les longs soupirs. Le tissu léger, qui tente de résister tant bien que mal aux caprices des courants d’air. Le mollet galbé par le talon de la chaussure ouverte. Les bracelets trop grands. La bouteille d’eau tiède de 50cl qui dépasse du sac, à côté du magazine enroulé sur lui même. La lanière en cuir qui rougit la clavicule. La démarche assurée plutôt que l’immobilité du métro. Le câble des écouteurs qui danse devant le cou. L’odeur du bois sec et du monoï. Les cuisses striées par la chaise qui bronze en terrasse. Le gilet fin quand le ciel devient orange. Le regard perdu dans les prochaines vacances. Un sourire.

This entry was posted in Ecriture and tagged , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Midi à Paris

  1. Feriel says:

    L’été est là :)

    Profite bien, enfant jaune

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *