Le temps de rien

En ce moment, je n’ai le temps de rien. Mettez ça sur le compte de la rentrée, du manque de repos, de l’hyperactivité incontrôlée ou de la flemme automnale mais le résultat reste le même, je pense à des milliards de choses et je n’en fais pas la moitié, et je me couche chaque soir avec une sensation de frustration. Et avec une furieuse envie d’acheter le temps que vous perdez ou que vous trouvez trop long.

Des fois, je ressens presque le besoin de me lever au milieu de la nuit, de regarder un DVD pendant que je lis un livre, que je fais la vaisselle et nettoie ma salle de bain, tout en notant des brouillons de post et en récupérant des succès sur Xbox (et encore, c’est que la nuit ça). Mais la plupart du temps, au mieux j’entrouvre les yeux, je vois l’heure, je crache une insulte dans le vent, je fais un petit prout que j’enferme sous les draps et je me rendors, pour me réveiller 50min après l’horaire idéal (soit 5 alarmes trop tard, vive les micro-sommeils matinaux de 10min).

En fait, si je devais expliquer l’état de mon cerveau en ce moment, ça donnerait quelque chose comme ça:

This entry was posted in Non classé and tagged , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Le temps de rien

  1. John Sulo says:

    putain de bordel de merde, c’est un Crack de fou!!!

  2. Battar/Haterz says:

    J’aime l’honnêteté intellectuelle et la pulsion auto-destructrice qui t’ont poussé à parler du petit prout matinal sous les draps.

  3. iki says:

    J’aime Battar/Haterz et ses jolis commentaires…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *