L'édito de la fin de la semaine

N’hésitez pas à transmettre à Dania Ramirez si vous la connaissez

Dania,

Tu dois penser que ma démarche est un peu cavalière, voire grossière, t’appeler par ton prénom et faire le gars à l’aise alors qu’on ne se connait même pas, ya que les crevards pour faire ça, et je n’en suis pas un, contrairement aux apparences. Mais après tout c’est de ta faute, fallait pas être aussi souriante quand les journalistes te prennent en photo, si tu faisais la gueule à chaque fois je me serais dit tout de suite que t’es pas une fille pour moi, je suis déjà suffisamment occupé à essayer de me faire sourire, si en plus je dois amuser une deuxième personne, je vais pas m’en sortir. Et là, tu te dis que je t’ai stalké à mort et que j’ai regardé toutes tes photos sur Google Images, et je suis au regret de te dire que tu n’as pas tort. Même pas honte.

Si je t’ai autant observée, c’est pour être sûr de moi. Je voulais savoir si on était compatibles, histoire de pas faire d’erreur et de pas te faire souffrir. Je t’explique. Après de longues discussion au coin du feu de croisement d’une Clio chaque weekend, je me suis rendu compte que je n’avais peut être pas les mêmes aspirations que tout le monde. A vrai dire, je ne cherche pas de fille qui me fasse rêver, du moins pas au sens où on l’entend. C’est vrai quoi, rencontrer quelqu’un qui fait battre ton coeur tellement fort qu’il sort de ta poitrine comme dans un épisode d’Itchy & Scratchy, c’est pas pour moi. C’est un peu comme un barbecue, pour avoir une bonne cuisson, il faut que la braise se consume lentement pendant de longues minutes, si tu jettes de l’essence sur des brindilles sèches, d’énormes flammes vont jaillir instantanément et te brûler les ailes. Et tes merguez auront un goût dégueulasse.

Et puis de toute façon, ça ne sera jamais aussi bien qu’au début lorsque ça démarre trop fort. Je fais partie de ces gens qui ont milité pour l’instauration des 35h dans une relation, qui préféraient se barrer avant que la magie ne s’efface, tel un vampire en quête de fraîcheur permanente qui passe de nuque en nuque. Passés les premiers textos où tu doutes en te demandant si elle pense comme toi, les premiers rendez vous dans des endroits neutres à des heures décentes où tu n’oses pas l’effleurer et où tu t’enivres de son parfum et de son sourire dès qu’elle a le regard ailleurs, une fois ces 35 premières heures passées ensemble et le premier bisou échangé, il n’y a plus rien, le chewing gum n’a plus de goût et finit collé sous un banc public. Et tu repars en quête de cette sensation qui rend accro, sans un regard en arrière pour celle qui aurait pu être plus qu’une expérience de plus sur un CV déjà bien rempli.

Je sais que je suis paradoxal, que je recherche une chose que je m’empresse de fuir une fois trouvée, mais je suis un être humain non? Et mets toi à ma place une seconde, tu sais que j’ai raison. Si je ne suis que celui qui dépose des étoiles dans tes yeux et t’aide à t’évader de ton quotidien au lieu de t’aider à y faire face, qu’est ce qu’il se passera lorsqu’un autre fera irruption dans ta vie, avec dans son sac l’éventualité d’un rêve encore plus bleu? Tu partiras. Tu me laisseras. Et je ne t’en voudrais pas, c’est ça le pire. J’aurais pitié de toi, je chercherais des explications, comme le contexte qui fausse tout, imagine que tu l’aies croisé le seul jour de l’année où il a mis un costume, comment tu réagiras quand tu le verras avec son jeans trop large la prochaine fois? Tu seras déçue, comme je l’ai été avec toi. Parce que tu n’as pas compris l’essence d’une véritable relation. Tu ne m’as pas compris.

C’est pourtant pas très compliqué quand on y pense. Ce dont j’ai besoin, c’est de quelqu’un sur qui m’appuyer le soir quand je rentre après ce spectacle permanent que sont mes journées. J’ai besoin que tu me regardes toujours de la même manière, celle dans laquelle je devine tes sentiments avec une aisance qu’Akinator m’envie, que je sois en costume, en caleçon déchiré ou en Jordan tout juste sorties de la boîte. Quand j’ai ma gueule du matin où les gens me confondent avec Ribéry (promis c’est pas une feinte pour dire que j’ai pécho Zahia, tu peux me croire), quand je sors de chez le coiffeur, quand je me sens invulnérable, ou quand je n’ai pas la force d’affronter le monde. Ca peut paraître bateau au point de sortir d’une chanson de Zazie mais je me fous de ton argent (enfin, on se comprend), je me fous de ces bouts d’or, je préfère les bouts d’ordinaire. Ecrire pendant que tu lis, trouver des Red Bull au frigo alors que tu détestes ça, recevoir le T-Shirt que je cherche depuis des mois, t’écouter ronfler quand tu dors, ce sont ces choses là qui feraient de moi l’homme le plus heureux de mon monde (parce que j’ai pas la prétention d’être plus au max que les autres non plus). Mais je sais que ce ne sera pas le cas avec toi, que tu ne me laisseras pas jouer au macho en public, que tu ne changeras pas pour devenir une personne plus équilibrée à mon contact, que tu penseras que je suis un tocard de plus qui n’a pas compris comment parler aux femmes, qu’elles préfèrent les connards.

Alors voilà, je voulais juste te dire que je préfère qu’on en reste là avant que la situation devienne trop complexe et dure à oublier, tant mieux si on a rien commencé d’ailleurs. Je t’épargne l’habituel et hypocrite “Je suis pas quelqu’un pour toi” ou “C’est trop tard, je suis ailleurs, je suis trop loin”, et si ça peut te rassurer, dis toi que j’ai envoyé le même courrier à Paula Patton, Zoé Saldana, Rocsi Diaz, Emmanuelle Chriqui, Freida Pinto et bien d’autres (qui envisagent d’ailleurs de se réunir et de créer une ligue des Evil Exes).

Et je t’en prie, ne rends pas les choses plus compliquées, ça ne servira à rien de m’en vouloir. Prends soin de toi.

Yellow Kid

PS: Sache que c’est difficile pour moi aussi, et tout ce qu’il me reste, c’est juste une photo de toi, juste une photo de toi, juste une photo de toi.

This entry was posted in Non classé and tagged , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

8 Responses to L'édito de la fin de la semaine

  1. John Sulo says:

    j’ai pas encore lu mais rien que la photo me kill…

  2. selfishkind says:

    Mdrrr j’en pleur de rire.Et j’adore la contradicton entre le “je veux pas de relation qui dure plus de 35h” et le “qqn sur qui m’appuyer ” on voit juste la contradiction qui règne dans la tête de tous. Et puis la pauvre je pense qu’elle va en pleurer des jours

  3. Narine Ran says:

    Je crois qu’elle pige pas le français par contre.

  4. Jsors de 30j de ramadan, c est qui dania ?? Lol

  5. Feriel says:

    Il est fou l’enfant jaune!

  6. paulichon says:

    hahaha excellent !! U rock!

  7. Noémie says:

    J’avoue, t’es très fort.
    Pouvoir placer du M Pokora dans une lettre à Dania Ramirez, c’est pas donné à tout le monde.

  8. Noémie says:

    Ça, plus un hommage au gouvernement Jospin, évidemment.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *