The September Issue(s)

Depuis ce matin, tout le monde nous soule avec les 12 millions de jeunes qui retrouvent le chemin de l’école. Mais est ce qu’on parle des 50 autres millions qui se tuent tout l’année pour leur rendre la vie facile? On devrait leur rappeler un peu plus souvent que leurs bourses d’étude ne sortent pas de caves où l’Etat cacherait des machines à imprimer des billets, mais de nos fiches d’impôts. En même temps, quand t’es à l’école, t’en as un peu rien à foutre d’où vient l’argent et de qui transpire pour te le donner.

Parce que le jour de la rentrée, ta seule véritable préoccupation, c’est comment tu vas t’habiller. L’emploi du temps, qui est en cours avec toi, les nouveaux profs, tout ça c’est accessoire. Il n’y a qu’un seul instant qui compte: celui où tu dois rejoindre ton groupe après qu’on ait crié ton nom à travers le micro. Ce moment précis et furtif détermine le reste de ton année scolaire, tu peux passer du statut de bogosse que les filles s’arrachent entre elles (jamais devant toi tu penses bien) à celui de loser total, en une fraction de seconde. Des vies entières se sont brisées à cause de ces quelques mètres que tu traverses comme en équilibre sur une planche au dessus d’un ravin infesté de crocodiles qui n’attendent que de casser leur journée de jeûne avec ton corps moelleux. Des destins ont été bouleversés, des existences ont été marquées à jamais et des vocations sont mortes avant d’avoir vu le matin du deuxième jour, tout ça à cause de ces redoutables enjambées tremblantes.

Le problème quand tu n’es pas mannequin, c’est qu’il est relativement difficile de marcher lorsqu’il y a des centaines de regards posés sur toi. Et si en plus tu commences à réfléchir à ta démarche pendant que tu mets un pied devant l’autre, c’est foutu, tu ressembles à un mélange de Gad Elmaleh avec une jambe dans le plâtre et C-3PO sous acides, plus raide que la justice en Corée du Nord. J’ai enduré des nuits blanches systématiques avant chaque premier jour, à passer en revue des dizaines de fois ma tenue soigneusement repassée (conseil: ne pas sortir tous ses habits neufs dès le début, gardez en sous le coude pour briller une fois que les autres ont épuisé leurs ressources) et à répéter mon attitude pour qu’elle soit la plus naturelle possible. J’ai élaboré des techniques inutiles, comme chercher du regard un visage familier pour le fixer et lâcher un rire faussement décontracté, regarder l’écran de mon portable style je m’en fous et je suis en place parce que j’ai un StarTac (faites attention aux marches par contre), sourire à une inconnue susceptible de ressentir un peu de compassion et de me comprendre, maintenir une allure soutenue pour écourter cette épreuve. Rien ne marche. Surtout pas la dernière solution d’ailleurs. Alors j’en suis arrivé à cette conclusion: le meilleur moyen de ne pas foirer sa rentrée, c’est de ne pas venir. On ne fait qu’une seule première impression, et quelques jours de préparation supplémentaires ne sont jamais de trop. En plus ce qui est pratique, c’est que vous n’aurez même pas besoin de feindre votre mal de ventre.

This entry was posted in Non classé and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

5 Responses to The September Issue(s)

  1. Luciano-kid says:

    J’me reconnait trop là, dans ce billet.
    Sauf que l’appel au micro le 1er jour, j’me souviens du passage à la 4ème, j’suis passé du loser de base, au bout en train ambianceur qui a une cote terrible auprès de la gente feminine… enfin c’est déjà loin tout ça.

    La technique des sapes, je l’ai adopté en 3ème sur les conseils d’un cousin plus vieux, et la technique de pas venir, j’avais choisi d’arriver une demi heure en retard : Quand t’arrives dans ta classe, tout les yeux sont braqué sur toi. Par contre, là y’a pas intérêt à se rater (bafouillage devant le prof, baisser les yeux…)

    10 ans que j’ai quitter le bahut, là dedans je rêvais d’en sortir, maintenant j’aimerais y retourner !

  2. toto says:

    tellement vrai!!

  3. Marielle says:

    “(conseil: ne pas sortir tous ses habits neufs dès le début, gardez en sous le coude pour briller une fois que les autres ont épuisé leurs ressources) ”
    Absolument d”accord ! Trop de show tue le la crédibilité vestimentaire !
    Ne pas venir, c’est un peu radical nan ?

  4. titiboy aka gerard zemmour says:

    Merde ca sent le vecu ! Et les nuits interminables a te faire le film de la journee mais au bout tu foires tout ! Lol putain tu m as ramener 15 ans en arriere en 3e ! Maintenant on se leve, mets la chemise et mocassin pour vendre un site a 500e même pas rentable…c’etait bien avant ! Tiens jvais sortir des tee shirt !

  5. Taay says:

    Mdrrrr c’est trop vrai !
    Sauf que moi cette année j’étais pas du tout en panique ! =)

    (conseil: ne pas sortir tous ses habits neufs dès le début, gardez en sous le coude pour briller une fois que les autres ont épuisé leurs ressources) »

    J’ai voulu sortir mes Greedy Genius Aujourd’hui mais jpréfère attendre la fin de semaine , qd les gens seront plus sur leur 31 mdrrr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *