5 conseils pour écrire un best seller comme Dan Brown

Réflexe de Pavlov: lorsque tout le monde se rue sur quelque chose, je fais un pas en arrière pour ne pas me faire aspirer par le mouvement collectif, et je passe parfois à côté de grands classiques populaires. Pour combler mon retard et sur la recommandation d’un Maçon qui refuse d’admettre qu’il en est un même si je le sais pertinemment (allez avoue maintenant), j’ai lu Le Symbole Perdu de Dan Brown en une journée, histoire d’avoir de quoi alimenter mes prochaines conversations sur la théorie du complot, les Illuminatis, Tom Hanks et tout ça. Comme je m’emmerdais un peu, j’ai enchaîné direct avec DaVinci Code et Anges & Démons (ouais jsuis un fou moi, monomaniaque à mes heures perdues). Et là, révélation, comme si j’avais déchiffré un anagramme ou un carré magique de Dürer: Dan Brown est un escroc, qui ressort inlassablement la même structure narrative en changeant le nom des personnages, comme s’il utilisait un générateur aléatoire de scénario. Alors si vous aussi vous voulez vous enrichir sans scrupules, voici 5 conseils pour écrire un best seller comme Dan Brown. Avec en bonus un exemple concret.

5. Situer l’action dans une grande capitale mondiale. Et de préférence dans un musée. Ou une grosse bibliothèque, ça marche aussi. En tout cas, il faut que ce soit une ville super connue, et que ça donne envie aux gens d’aller en vacances là bas pour voir si les symboles sont si évidents que ça à remarquer (ambiance office du tourisme améliorée). Et surtout, débrouillez vous pour que la capitale possède sa propre obélisque, ou inventez là si besoin.

4. Sortir un retournement de situation improbable au dernier moment. Un roman à la Dan Brown, c’est comme un match de foot, ça continue tant qu’il n’y a pas eu le coup de sifflet final. N’hésitez à faire partir les situations dans tous les sens, à multiplier les références et les explications théologiques et historiques pour noyer l’esprit du lecteur, avant de balancer votre coup de théâtre improbable. Et gardez en tête qu’au plus c’est évident et cramé dès le début de l’histoire, au mieux c’est.

3. Utiliser des phrases à double sens pour inventer des énigmes. Vos devinettes seront parfaites s’il n’y a pas besoin d’aller chercher très loin pour trouver la solution, qu’il suffit de prendre le sens littéral. Utilisez des mots qui font appel à l’imaginaire, et n’employez que leur sens commun. Vous pouvez favoriser des expressions comme “jambes à son cou”, “jeter un oeil” ou “la tête dans le cul” pour parler d’objets cachés sur des sculptures, évoquez “le soleil invincible dans la nuit” pour parler d’une lampe torche, considérez chaque chiffre comme une adresse. Pour le reste, laissez les gens chercher des sens que vous même n’aviez pas envisagé, ils sont assez doués pour ça.

2. Faire une référence à Isaac Newton. Oui, Rose-Croix tout ça, on sait que c’est un gars qui pèse dans le monde des sociétés secrètes et des sociétés qui ont des secrets, et qu’il est donc normal de l’évoquer. Mais n’hésitez pas à le citer à tout bout de champ, à rappeler sa vie, son oeuvre, et à baser votre mystère principal sur lui, si possible à l’aide d’une énigme bateau (comme vu au point 3). Par exemple, écrivez avec votre doigt sur une vitre “RAMENE PAS TA POMME, SAUF SI TU CHANTES COMME OLIVIA … JOHN”, de manière à ce que la phrase ne soit visible qu’avec un peu de buée et un miroir. Mieux que les Mystères de Pékin.

1. Mettre en scène les mêmes personnages à chaque fois. Pas besoin de faire preuve d’originalité débordante, rangez votre imagination au placard et tenez vous en à ce qui fonctionne: une femme brune intelligente (scientifique de préférence) avec laquelle il y a une tension sexuelle palpable qui reste inassouvie, un flic haut placé et peut être corrompu (laissez planer le doute), un vieux qui a passé sa vie à étudier l’Histoire et qui donne des conseils à tout va, un psychopathe solitaire qui reçoit ses ordres de quelqu’un de mystérieux, et plein de gens qui appartiennent à une société secrète, qui sont au courant de nombreux complots millénaires mais qui font exprès de ne lâcher aucun indice pour faire galérer le héros.

Exemple de scénario généré par la machine de Dan Brown: Le Dernier Secret

Robert Langdon est contacté par une scientifique (brune) qui peut guérir les amputations humaines après avoir isolé la cellule permettant aux lézards de se régénérer. Elle lui demande d’enquêter sur le meurtre de son oncle, chargé de restaurer les peintures du musée du Prado à Madrid, car la victime a été découpée en morceaux, que les bouts de son corps forment l’oeil de la Providence et que son sang écrit “Saturne dévorant son fils”. Langdon découvrira que l’homme était en fait le chef d’une société secrète qui protège la tenue du Christ depuis des siècles en la cachant dans l’ancienne maison de Newton en Andalousie, qu’il a été assassiné par un fanatique solitaire (Pedro) à la solde de l’Eglise espagnole, que le commissaire madrilène a des liens étroits avec des gens mystérieux qui chuchotent au téléphone et que Goya faisait finalement référence à Chantal et pas à Francisco Jose. Avant de se rendre compte qu’en fait, la fameuse tenue de Jésus, c’est le vieux pull troué qu’a donné le restaurateur de tableaux à sa nièce pour ses 18 ans. Futur classique de la littérature et block buster assuré.

This entry was posted in Non classé and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

0 Responses to 5 conseils pour écrire un best seller comme Dan Brown

  1. paulichon says:

    haha Excellent et tellement vrai 😀

  2. Pingback: Tweets that mention 5 conseils pour écrire un best seller comme Dan Brown « The Yellow Kid -- Topsy.com

  3. yacine_ says:

    Le meme avec Shyamalan est grand.

  4. Toucha says:

    Édifiant.

  5. kmy says:

    Prochaine fois apprend moi à écrire du Musso, du Gavalda ou du Weber s’il te plais !

  6. Lartiz says:

    Bonjour je voudrais écrire comme Arthur Rambo et les minimoys comment kon fait ?

  7. Kara says:

    Ahaha, tres bon.

    Je sais pas on tu as pu trouver la force de lire trois de ses bouquins d’affile…

  8. feyz says:

    Mdr ca défonce… premiere fois que j’rigole devant un artic…ah non deuxiè…troisiè..! oh puis merde…

  9. aimdæ says:

    Ahaha.
    Mais en fait, il n’existe que quelques possibilités scénaristiques dans le domaine du cinéma (quelque chose comme 32 options de tournures d’événements), alors je supose que c’est pareil en littérature. En fait, la littérature policière possède ses propres règles et vous remarquerez que comme Dan Brown, les oeuvres de Conan Doyle (Sherlock Holmes) emploient aussi le même genre de trame narrative. Peut-être Landgon devrait-il marier l’une des jolies brunes et vivre heureux en famille tout en continuant ses enquêtes, comme cela on aurait plus l’impression de voir évoluer le personnage et il vivrait des choses différentes? Possible. En même temps, j’ai le feeling que Dan Brown vous répondrait que James Bond a bien une nouvelle Bond Girl à chaque film 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *