Le jour où je suis devenu le Maître des Galaxies

242 étoiles, 40h de jeu, des centaines de champignons verts cramés, un message de félicitations de la part des développeurs, un titre de Virtuose Intergalactique de la plate-forme. Certainement le Mario le plus difficile auquel j’ai joué malgré la maniabilité ultra précise et instinctive, du genre à te retenir en otage devant ton écran jusqu’à avoir les yeux brûlés par les pixels du nez de Yoshi et à te faire sangloter de joie une fois cet enfoiré de dernier Frère Boomerang terrassé. Et pourtant, je suis ce qu’on appelle communément un squatteur, un soudeur, un acharné, enfin vous voyez le truc, le genre à ne m’arrêter qu’une fois les boutons de la manette cassés à force de les enfoncer comme un forcené.

Ca doit dater de l’époque où j’avais droit à un nouveau jeu tous les 6 mois si j’étais gentil, alors j’essorais chaque niveau jusqu’à tout connaître par coeur, inlassablement, avec toujours le même intérêt (oui, on est fou quand on est petit). 96 – une étoile à Mario World, les bocaux, la cape et la canne de Byrna à Zelda III, 1000G à LEGO Batman, les quarts de coeur, les mondes cachés, les raccourcis à Mario Kart, les persos à débloquer dans Street Fighter, les oeufs à Resident Evil… La satisfaction d’avoir fini un jeu à 100% est un moteur qui ne cale jamais, et te permet de finir God of War PSP en une seule nuit blanche (oui, on continue d’être fou quand on est plus vieux). Et inexorablement, au plus la difficulté est élevée, au plus tu t’entêtes, et au plus la fierté finale est grande.

Le pire, c’est que ça devient limite une corvée à force, comme des devoirs à terminer, impossible de passer à autre chose avec le goût d’inachevé, une bonne sauvegarde est une sauvegarde pleine. Tant de jeux à finir, de DVDs à regarder, de livres à lire, de sites à parcourir et si peu de temps, je vais finir par militer pour la journée de 35h. Encore plus s’ils continuent de sortir des jeux que tu ne lâches pas même une fois terminé dans tous les sens, et que je préfère encore garder sous plastique de peur d’être absorbé dans un gouffre sans fond. Ils ont raison quand ils disent que GTA ou Halo sont une drogue, mais ils se trompent sur un point: les gens qui jouent beaucoup aux jeux vidéos ne deviennent pas violents une fois leur console éteinte. Ils sont trop fatigués pour ça.

This entry was posted in Non classé and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

0 Responses to Le jour où je suis devenu le Maître des Galaxies

  1. Pingback: Tweets that mention Le jour où je suis devenu le Maître des Galaxies « The Yellow Kid -- Topsy.com

  2. Proctologue says:

    Arg putain 1000G sur LEGO Batman, chapeau… Autant j’ai fait le premier LEGO Star Wars à 100% de chez 100%, autant Batman, j’ai bloqué, trop trop trop de bugs de caméras et de collision. ça m’a rendu fou. Et chapeau aussi pour GoW PSP, les challenges ont eu raison de moi à force lol

    • The Yellow Kid says:

      Bon j’avoue que je récupère moins vite qu’avant par contre, il me faut un temps de pause avant d’attaquer un autre jeu après avoir mis ma santé

  3. J avais des doutes mais tu dois un geek type virgin 17 sur l emission, pour passer autant de temps devant mario !! Pes quoi sois viril !!! Lol

  4. Pingback: On ne négocie pas avec des terroristes « The Yellow Kid

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *