L'édito de la fin de la semaine

edito-fin-semaine-yellow

C’est dur d’être un bloggueur. Enfin, je veux dire à mon petit niveau. Lorsqu’on dirige un blog suivi par des dizaines de milliers de lecteurs quotidiens, que notre classement Wikio ne compte pas plus de deux chiffres depuis un bon moment et que cela nous confère la Vérité Absolue, c’est facile d’être un bloggueur. Mais lorsqu’on fait partie de cette masse diforme qui se dispute le moindre lien entrant, la réalité est un peu différente.

Au moment de signer pour lancer son blog, on ne nous pas dit pas tout. On nous parle d’un espace de liberté, de création, d’expression et de plein de mots en “ion” qui font rêver, mais on nous cache le revers de la médaille. On ne nous parle pas de l’incroyable pouvoir des stats sur notre moral, des contraintes techniques sans fin ou de la vie sociale qui se numérise. Et même si on a tous une motivation qui nous est propre – que l’on peut cela dit classer en grands groupes distincts (ceux qui blogguent pour vider leur sac, ceux qui le font pour l’argent ou pour se vendre eux mêmes, ceux qui le font pour une micro-célébrité et ceux qui le font parce que tout le monde en a un), on se retrouve tous face aux mêmes problèmes et dilemmes en fin de compte.

logo wordpress

Que ce soit le choix d’un hébergeur, les process pour customiser son espace, les moyens techniques pour s’installer un serveur ou la création d’un flux RSS, il faut trouver un conseiller suffisamment aimable pour nous aider, sans trop passer pour un crétin et sans souler les gens avec des questions stupides à souhait, tout en essayant de collecter le plus d’infos possible. Et pour les détails, on se débrouillera tout seul plus tard. Sauf que bien souvent, on se retrouve à essayer de déchiffrer des forums d’experts pendant des heures en ayant l’impression d’être une merde amorphe et décérébrée, et on continue de n’utiliser que 10% des capacités de son blog.

Mais à la limite, s’il n’y avait que les contraintes techniques, on s’en accommoderait. Sauf qu’il faut également faire face aux problèmes posés par notre personnalité et nos aspirations, parce qu’un blog est avant tout la forme publique et numérique de la schizophrénie. Outre le déballage complet de notre vie (plus ou moins objectif selon les humeurs), et l’humilité qui se mélange à la prétention d’être véritablement intéressant, en théorie, nous sommes tous uniquement là pour nous exprimer, parler de ce qui nous plaît, nous motive, nous indigne ou nous interpelle. Sauf qu’un blog, c’est comme un club de foot: quand il y a de l’argent qui tombe, c’est le début des emmerdes. Faut il accepter le publi-rédactionnel au risque de se sentir une prostituée du web? Faut il être hypocrite et dire qu’on se fout de l’argent, que seule compte notre réputation? Rares sont ceux qui parviennent à choisir une voie et à s’y tenir (comme dans la vraie vie d’ailleurs), ou même à trouver un juste équilibre. Mais en même temps, il faut avouer que se faire payer pour une activité qui nous plaît, qui peut refuser? Surtout si cela permet de s’acheter un BlackBerry pour continuer à Twitter dans le métro.

liasse dollars

Je ne vois qu’une catégorie de bloggeurs pouvant décliner sans sourciller: ceux qui ont un travail leur permettant d’assouvir leur passion sans contrainte. Et vous remarquerez d’ailleurs qu’en général, les plus gros bloggueurs ont déjà des métiers liés au web, et sont donc loin des problèmes que j’évoque (alimentant au passage le débat sur une micro-communauté faisant la loi et dictant la bonne pensée unique sur le net). Vous noterez aussi (à vos dépends par contre) que tenir un blog et l’alimenter régulièrement, ça prend du temps et des amis. Le but non avoué de beaucoup étant de parvenir à rééquilibrer l’ensemble grâce aux personnes rencontrées via les comments bien entendu. Mais numériser sa vie sans avoir la certitude qu’elle sera meilleure et plus amusante, ça fait peur à tout le monde.

Sans parler du fait que pour 10 amis perdus parce que vous ne répondez plus au téléphone et que vous dites aux gens d’aller sur votre blog pour avoir de vos nouvelles, on ne retrouve pas des centaines de friends ou de followers en général. Il faut donc s’accrocher, et ne pas se focaliser sur le fait que nos posts sont jetés comme des bouteilles à la mer, lu par des potes ou des nerds qui tapent des mot clés bizarres et se retrouvent chez vous en pensant tchatter en direct avec Beyoncé ou télécharger des vidéos porno de Diam’s et La Fouine.

stats wp

Mais le pire, c’est si vous êtes un peu dérangé et consciencieux. Vous êtes foutus. Préparez vous à relire 15 fois vos posts pour vérifier l’orthographe et les tournures de phrase, à rafraîchir votre page de stats toutes les 5 minutes pour vous auto-congratuler sur les 7 nouvelles visites, à réaliser des courbes d’évolution encore plus précises que celles fournies par WordPress, et à faire une dépression au moindre commentaire un tant soit peu négatif. En bref, préparez vous à considérer votre blog comme un prolongement de vous même et de votre sensibilité, et à remettre vos tripes (ou autre chose) sur la table tous les jours, pour aller chercher les gens et les convaincre que vous valez la peine d’être lu (ou que vous avez de belles photos au pire). Parce que l’essentiel, pour reprendre Krstv, c’est d’imposer sa patte, et de faire en sorte “qu’on lise peut être la même info qu’ailleurs, mais qu’on ne la lise pas de la même manière”. En bref, que notre blog nous ressemble.

J’ai l’intime conviction que dans quelques années, les parents diront aux geeks qui leur servent d’enfants “Bloggueur, c’est pas une vie, passe ton CDI d’abord”. Alors au final, pour éviter de me ramasser, je pense m’inspirer des grands blogs qui ont réussi à s’imposer et à faire respecter leur écriture, et modestement reproduire à mon échelle leur parcours pour moi aussi me faire un pixel au soleil dans la blogosphère actuelle. Je vais suivre les meilleurs conseils et je pense que comme Kanye West, je vais engager des gens pour blogguer à ma place. Ca sera plus simple comme ça.

This entry was posted in Non classé and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

0 Responses to L'édito de la fin de la semaine

  1. Kasamig says:

    Il est frais le blog tkt pas!!

  2. Bkwan says:

    Pourquoi se prendre la tête ?

    Juste arrête avec Original Fake, je fais une overdose de Kaws, lol.

    Fais nous découvrir des “memes” et des trucs un peu plus roots…et puis j’ai pas à te dire ce que tu dois faire.

    Keep it real 😉

  3. The Yellow Kid says:

    @Kasamig: Merci! :)

    @Bkwan: Bah merci aussi 😀
    J’avoue je sature un peu de Kaws aussi, en plus demain je récupère mon tapis, je vais plus m’en sortir lol
    Promis j’essaie d’arreter, sauf si il continue de sortir des tueries en 4 Feet 😉
    Reste ghetto!

  4. tizieu says:

    je te l’ai deja dis j’aime bien te lire… bon bah t’as plus qu’a recruté :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *